L’ego : un frein au développement personnel ?

15 Juil L’ego : un frein au développement personnel ?

Tantôt considéré comme le fondement de la personnalité (en psychologie), ou comme une entrave à notre développement personnel (en spiritualité) : la question de l’ego divise.

L’égo c’est le fameux « Moi / Je » qui émet des informations.

C’est cette partie de nous qui sait ou croit savoir. C’est elle qui juge et se juge, c’est elle aussi qui critique et se critique, celle qui estime le « possible » de l’impossible, c’est elle qui culpabilise et qui fait culpabiliser, c’est elle qui est fermée, qui a peur, qui se défend, qui doute … jouant à tour de rôle le juge, l’avocat ou la victime.

Il est important de comprendre qu’il s’agit d’une identité à part entière. Omniprésent, ayant une place plus ou moins importante au sein de notre conscience, il est indissociable de ta personnalité, mais ce n’est pourtant pas toi.

L’ego, c’est ce pour quoi nous nous prenons, c’est notre « personnage ». Difficile de faire sans lui car nous croyons qu’il est « nous » et nous ne savons pas faire la différence entre lui et nous !

En résumé, l’ego englobe :

  • La conscience de sa propre identité
  • L’estime de soi
  • La distinction entre soi et les autres
  • La supériorité perçue aux autres

Fort est de constater que l’ego a des attributs aussi bien positifs que négatifs.

La vraie valeur d ‘un être humain se mesure au degré de sa libération de l’ego. Albert Einstein

Si l’égo ce n’est pas nous, qui est-ce qu’on est ? 

Nous sommes des êtres, tout simplement. Un être, ça inclut toutes les parties de toi-même.

Contrairement à l‘égo, l’être est accessible dans le présent, il est donc tout le temps là, mais souvent, notre diablotin d’égo qui est attaché au passé, ou en perpétuelle projection, nous empêche de nous connecter à lui.

L’être n’a aucun mécanisme de défense, il se contente « d’être », point barre ! Face à une situation, il n’est pas en réaction, il fait l’expérience de la dite situation, il ne la juge pas, et agit (ou pas) mais toujours dans le respect de lui-même. Il cherche à observer, comprendre et intégrer les expériences pour grandir davantage.

Les effets toxiques d’un ego déséquilibré 

La soif de reconnaissance

L’ego, c’est cette force qui nous pousse à vouloir briller à tout prix, être reconnu, admiré, adulé.

Inéluctablement, une personne guidée par un ego trop fort cherche à s’accomplir à travers le regard des autres. Ce faisant, elle met sa liberté de choix et son libre arbitre de côté, en s’attachant avant tout à satisfaire à une image ou un standard provoquant l’admiration du plus grand nombre.

Ce cas de figure est un véritable frein à l’épanouissement personnel.

Le refus d’admettre ses limites personnelles

L’ego provoquant une fierté exacerbée peut amener à refuser sa propre faiblesse et à s’interdire de demander de l’aide aux personnes de notre entourage.

L’explication de ce refus de recourir à autrui pour bénéficier d’une quelconque aide réside dans le refus d’admettre ses limites personnelles (ou du moins les exposer) mais augmente, de fait, les chances de voir l’échec se matérialiser.

L’esprit de compétition

L’esprit de compétition est sans doute l’une des manifestations les plus visibles d’un ego déséquilibré, qui pousse au toujours mieux, à se comparer aux autres et à considérer la vie comme une gigantesque épreuve sportive dans laquelle il faudrait sortir vainqueur coûte que coûte !

La seule personne à laquelle tu peux te comparer et vouloir rentrer en compétition c’est toi-même. Il y aura toujours quelqu’un de meilleur et de pire que toi. C’est aussi simple que cela.

Ne voir la vie que comme une compétition, c’est oublier d’accorder du crédit aux autres membres de ton environnement.

Le sentiment d’insatisfaction

Qui dit besoin de reconnaissance, envie de se passer du concours d’autrui, dit forcement absence de satisfaction et soif du toujours plus, du toujours mieux.

Inévitablement un ego prononcé mène donc au tourment, à la sensation de perdre son temps, de ne pas exploiter son potentiel. On est bien loin de l’apaisement de l’âme, du contentement et de la gratitude. Provoquant ainsi un état complètement tourné vers soi-même menant à de multiples conflits internes.

Le besoin de toujours avoir raison

Le manque de réalisme et cette volonté de faire toujours mieux que les autres amènent à ne pas considérer comme possible le fait d’avoir tort et à ne pas reconnaître ses erreurs, ce qui pousse à évoluer dans un monde fait d’illusions.

Cela nous amène aussi à parfois devenir une personne au caractère hautement toxique pour les autres membres de notre environnement.




Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

Powered by Dragonballsuper Youtube Download animeshow